19/10 Journée du Fémidon

JOURNÉE MONDIALE DE PROMOTION DU PRÉSERVATIF FÉMININ

Mal aimé et peu connu, le préservatif féminin fait peur, trop grand, cher, se trouve difficilement et moche…

Voici un peu ce qu’on peut retenir de notre enquête sur le préservatif féminin au Bénin dans le cadre de la  Journée Mondiale de Promotion du Préservatif Féminin encore appelé Fémidon. Pourtant, il a tout d’une grande méthode de contraception et de protection des IST et du VIH/Sida efficace : 

affiche_19septembre_afrobenin

* C’est la seule méthode contrôlée par les femmes offrant une double protection.

* Mis en place jusqu’à 8 heures avant ou quelques minutes avant le rapport sexuel, il permet de ne pas interrompre les préliminaires et peut même parfois, selon les femmes, grâce à son anneau extérieur, contribuer au plaisir féminin par la stimulation du clitoris.

Le Fémidon renforce la possibilité de négocier de nouvelles stratégies de prévention et permet d’appréhender différemment les rapports femmes/hommes, femmes/femmes et parfois hommes/hommes. Selon les expériences, beaucoup de femmes ne négocient plus son utilisation contrairement au Condom.

Cette gaine en polyuréthane est également une excellente alternative au préservatif masculin en cas d’allergie au latex par exemple, il est même considéré comme plus « Confortable » !

Quelle que soit sa sexualité ou son identité sexuelle, le préservatif féminin peut se substituer au préservatif masculin… sans lubrification supplémentaire !

Malgré tous ses atouts, le Fémidon soulève assez peu d’enthousiasme. Contrairement à son alter-égo masculin, très peu de campagnes en font la promotion.

Face à la féminisation de la pandémie du Sida (51% des personnes infectées sont des femmes) et alors que le Sommet sur la planification familiale de Londres a rappelé les enjeux de l’accès à la contraception face aux besoins non couverts en particulier en Afrique Subsaharienne, AFRO-BENIN lance une fois encore la mobilisation autour du préservatif féminin qui est une opportunité pour l’ensemble des donateurs, responsables politiques ou de programmes de développement et acteurs de lutte contre le SIDA en matière du développement de la Femme.

En faire la promotion, c’est favoriser son utilisation et répondre aux besoins. Répondre aux besoins, c’est diminuer les coûts de production. Baisser les couts, c’est en favoriser l’accès !

Qu’attendons-nous ?

A essayer sans modération !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s